Home Non classé Attécoubé : Un chef de famille ôte sa vie pour ne plus supporter ses problèmes

Attécoubé : Un chef de famille ôte sa vie pour ne plus supporter ses problèmes

by @bafricaine
Attécoubé : Un chef de famille ôte sa vie pour ne plus supporter ses problèmes

Un cas de suicide a, dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 décembre 2019, secoué « Kramakoupé », sous-quartier précaire de la commune d’Attécoubé. Et celui qui a répondu aux appels des sirènes de la mort, est un ressortissant guinéen de 35 ans, répondant au nom de Appolinaire Koné, électricien en bâtiment.

D’aucuns pourraient appeler cela de la lâcheté de sa part au regard des raisons qui sous-tendent le drame, mais lui, croit plutôt que c’est une libération.

Nos sources qui nous instruisent sur cette triste affaire, expliquent que depuis un moment, Apollinaire Koné est replié sur lui-même. Souvent, il est irrité pour des broutilles, quand il n’est pas calme, avec le regard plongé dans le vide ou à se laisser aller à un monologue difficile à déchiffrer.

Sa compatriote et compagne L.C, une commerçante d’une trentaine d’années, s’en inquiète vraiment. Et lorsqu’elle l’approche pour en savoir davantage sur ce qui lui arrive, l’électricien en bâtiment se mure dans un silence. Ou se lance carrément dans des invectives à l’égard de sa concubine.

Finalement, Apollinaire Koné se résout à expliquer à sa compagne, qu’il a de sérieux problèmes. Mais quel genre d’ennuis a-t-il, au point de ne plus être, l’homme jovial et bon, qu’elle accepte de suivre dans son foyer où la vie n’est pourtant pas rose ? Là encore, l’homme refuse d’en dire plus. Se contenant de demander à sa femme, de s’occuper à ses affaires.

Les choses en sont là, quand dans ces derniers temps, Apollinaire Koné va cette fois loin dans sa posture. Toujours à en croire nos sources, il rappelle chaque fois à sa femme, que cette vie qu’il mène et où il n’a affaire qu’à des problèmes, il en a marre. Autant mourir, que de supporter tous ces ennuis qu’il se garde toutefois, de révéler.

Cela, malgré l’insistance de sa conjointe qui veut savoir et qui lui promet qu’à deux, ils peuvent faire face aux emmerdes dont il parle. A cet effet, elle lui donne même l’exemple de ce malade qui refuse de se confier au médecin sur son mal. Et comment alors, le toubib peut-il l’aider à guérir ? C’est la question que L.C pose à son mari qui comme à son habitude, ne dit rien de ses soucis.

Finalement, on en arrive au pire. De fait, dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 décembre 2019, Apollinaire Koné n’arrive pas à dormir. Il se tourne et se retourne dans le lit.

D’ailleurs, il ne veut même plus rester couché. Il se lève et porte un boubou. Puis à sa femme, il demande de s’habiller également, pour qu’ils aillent se balader dans le quartier. Et pourtant, il est 2h du matin. Toutefois, malgré cette heure tardive, la commerçante accepte la proposition de son homme. Si cette balade peut lui faire du bien, en tout cas, elle est partante pour cette balade nocturne.

Et pendant qu’elle s’habille, Apollinaire Koné sort de la maison. Prétendant l’attendre dehors, le temps qu’elle termine de se vêtir. Hélas, c’est la dernière image et la dernière conversation, que la commerçante a de son conjoint.

En effet, une fois qu’elle achève de porter des vêtements, L.C sort de la piaule et se retrouve dehors elle aussi. Mais point de traces de son mari. Elle le cherche dans les environs, mais ne l’aperçoit nulle part.

Après avoir longtemps attendu, la commerçante opte alors, d’aller se coucher. Certainement que son concubin a changé d’avis et a décidé d’aller se balader tout seul. C’est en tout cas, ce qu’elle croit. Et pourtant, la réalité est toute autre. L’électricien en bâtiment, a mis à exécution, son terrible projet.

Aux alentours de 6h du matin en effet, des voisins viennent violemment tambouriner à la porte du logis de l’électricien. Invitant sa femme à sortir tout de suite. Mais que se passe-t-il ? Se recouvrant à peine la nudité à l’aide d’un morceau de pagne, dame L.C s’éjecte de sa maison et se retrouve en face de voisins complètement abattus, qui lui demandent de les suivre à l’arrière de la cour.

La pauvre femme s’exécute et découvre  ce qu’elle ne voulait pas. Son conjoint mort pendu à un avocatier. L’infortunée femme, difficile à maîtriser, se jette par terre. Pleurant toutes les larmes de son corps.

La police saisie plus tard, arrive sur place avec des agents qui procèdent au constat d’usage et relèvent les premiers témoignages utiles à l’enquête qu’ils ouvrent. Le corps sans vie lui, prenait le chemin de la morgue du Chu de Yopougon. Cela, par les soins des services des pompes funèbres.

You may also like

Leave a Comment